France2.fr

Présidentielle 2017, 15 minutes pour convaincre

Replay disponible encore 4 jours et 2 heures

Résumé

Le dimanche 23 avril, les Français sont invités à se rendre aux urnes pour élire le prochain président de la République. A quelques jours de ce premier tour, la rédaction de France Télévisions propose une soirée spéciale.

Autres

  • David Pujadas / Présentateur
  • Léa Salamé / Présentateur

Plus de Magazine

  • disqus_R2n5YoIML2 - 23/04/2017 - 13:36

    Oui, personnellement, ces élections quelles que soient leurs résultats ne m'affecteraient pas, mais je pense au bien commun. Malheureusement, de nombreux, très nombreux électeurs ne semblent pas faire comme nous. L'éducation et l'intelligence - triste constat - ne sont pas une règle générale.

  • disqus_R2n5YoIML2 - 23/04/2017 - 13:23

    En effet. Selon moi, la répression abusive ne sert absolument à rien, il faut traiter les problèmes à la source. Peut-être que Macron réussira de cette façon, s'il et élu. Il existe toujours une certaine part d'incertitude. Je trouvais Sarkozy trop agité à mon goût, et je ne pense pas qu'il possédait le contrôle de soi nécessaire à la fonction. J'aimerais voir à la tête de la France, un homme dynamique, intelligent, altruiste, et digne - mais bien sûr, je suis une idéaliste.

  • disqus_R2n5YoIML2 - 23/04/2017 - 12:45

    Je pensais à ses hésitations lors des questions fermées

  • disqus_8czNcZs5jh - 23/04/2017 - 12:43

    Je suppose que vous faisiez référence à un passage en particulier, d'où ma question :) Après l'interprétation et l'attribution d'un contexte est libre.

  • disqus_8czNcZs5jh - 23/04/2017 - 12:38

    Je ne doute pas que nous ayons beaucoup plus de points d'accord que de désaccord, dans la mesure où on cherche l'intérêt général en s'appuyant sur le bon sens :) après personne ne détient la vérité, comme pour un jugement, plus on a d'éléments (factuels, vérifiés), plus on peut s'orienter vers la bonne décision ou dans la bonne direction. Il est clair que Macron va devoir composer avec des gens de tous bords s'il est élu, ça ne fait aucun doute (comme les autres d'ailleurs). Là où je pense qu'il peut s'en sortir mieux que n'importe quel autre candidat, c'est qu'il lui suffit de diviser ses "lois" en deux: celles dont l'orientation est en général plutôt "droite", et celles dont l'orientation est en général plutôt "gauche" (et les autres, mais celles ci n'auront aucun soucis). En s'appuyant sur ses soutiens + le "camp" intéressé, il ne devrait pas voir trop de soucis à faire avancer les choses. Valls est beaucoup plus autoritaire, beaucoup plus orienté "sécurité/repression" et moins dans le dialogue ou l'éducation, c'est un de ses gros défauts. Sarkozy a pallié à ça avec des réseaux d'influence très importants, Valls en a à mon avis beaucoup moins.

  • disqus_R2n5YoIML2 - 23/04/2017 - 11:48

    Nous sommes d'accord sur beaucoup de points. Je ne condamne pas Macron, comme je vous l'ai dit. Il a de bonnes choses, il n'a pas utilisé les deniers des contribuables, mais il va devoir composer avec de drôles d'oiseaux s'il est élu, et là je ne suis toujours pas convaincue que c'est possible, en dépit de votre analyse très intéressante du sujet. J'ai tendance à penser "Chassez le naturel, il revient au galop". Et puis, je suis allergique à Valls... c'est épidermique.

  • disqus_R2n5YoIML2 - 23/04/2017 - 11:24

    Je pense que le plus simple serait que vous la regardiez vous-même, je ne voudrais pas déformer, vous comprenez? Cela dit, merci pour votre échange courtois :) - Je trouve que l'écoute et l'échange d'idées constructif devient difficile dans ce pays.

  • disqus_8czNcZs5jh - 23/04/2017 - 11:19

    C'est juste cette notion d'héritier qui m'agace ^^ on l'entend depuis des mois, et a très peu d'intérêt car je ne pense pas que Macron ait été influencé en quoi que ce soit par Hollande, dans la mesure où ils sont très différents et que c'est une des raisons pour laquelle Macron est parti (en plus de la création de son mouvement, mais une bonne entente aurait évité l'aventure dans laquelle il s'est lancé à mon avis). Pour la mobilité bancaire, il fallait jusqu'à maintenant s'occuper de (presque) tout: ouverture du compte, fermeture de l'autre, transferts, et transfert des prélèvements. Maintenant la nouvelle banque a mandat pour s'occuper de tout, via un "numéro de portabilité". Ca simplifie énormément la vie, évite les frais cachés de fermeture etc... Au départ la loi Macron incluait les taxis, ça aurait été bien et ça aurait probablement bloqué un peu uber, cependant la mesure a été enlevée pour éviter des grèves de taxis qui bloqueraient du coup l'ensemble de la loi. Les echos avaient fait un bon dossier détaillé sur Macron et donc ce sujet il y a quelques mois. Pour Macron au départ je m'interrogeais, sa vision des chose m'attirait, mais ne connaissais pas la personne. Pour ma part mes nombreuses recherches sur ce sujet me satisfont largement: une combinaison d'intelligence, d'empathie, de désir de plaire (pas uniquement à court terme), capable d'accepter toute bonne idée, peu importe d'où elle vient, passionné et qui semble intègre (bien entendu on ne sait jamais, mais sa jeunesse joue en sa faveur, il n'a pas eu le temps d'avoir besoin de corruption) et une volonté forte de changer les choses. Ce sont des qualités qui me conviennent pour un président, et que ses prédécesseurs étaient loin d'avoir toutes (les 3 dernières élections avaient au deuxième tour des candidats qui ne me convenaient pas - mis à part Chirac, mais qui manquait de volonté de faire). Et d'un autre coté, on a des extremes qui abusent des manipulations (pas directement, mais via des mécanismes sur les réseaux sociaux très bien rodés, on parle du FN, mais de l'autre coté c'est pire). On peut mentionner également les Républicains en profitent en relayant de temps en temps les (souvent fausses) informations pour faire oublier leurs propres difficultés. Hollande "aurait du" pouvoir passer toutes ses lois, mais il avait des gens qui s'opposaient au sein même de son parti, donc forcément c'est plus compliqué (alors que le camp opposé on le sait est plus uni). La sortie de cette bipolarisation serait une très bonne chose.

  • disqus_8czNcZs5jh - 23/04/2017 - 10:42

    Non, qu'a-t-il dit? :)

  • disqus_R2n5YoIML2 - 23/04/2017 - 10:41

    Oui, pas terrible les hologrammes...

  • disqus_R2n5YoIML2 - 23/04/2017 - 10:40

    L'éducation joue un rôle majeur, mais aussi la situation économique, l'égalité des opportunités, et surtout pas d'alliances dangereuse pour quelques pétrodollars...

  • disqus_R2n5YoIML2 - 23/04/2017 - 10:38

    Avez-vous vu l'interview de Macron sur BFM? Voilà à quoi je faisais référence.

  • disqus_R2n5YoIML2 - 23/04/2017 - 10:30

    Oui, il aurait fallu beaucoup beaucoup plus

  • disqus_R2n5YoIML2 - 23/04/2017 - 10:26

    Au moins je ne lis pas le Daily Mirror, je vous l'assure. Dites-moi ce que vous lisez, je vous direz qui vous êtes... Contrairement à ce que vous pourriez penser, je suis plutôt une lectrice du Financial Times. Je pense que quelquefois les politiciens devraient moins céder à la tentation de la démagogie pour garder quelques voix d'agités, et faire preuve de bon sens pour le bien d'une majorité. BTW, les expats n'ont pas pu participer au référendum, n'est-ce pas? Quelle belle preuve de démocratie!

  • disqus_R2n5YoIML2 - 22/04/2017 - 22:33

    Il est dommage qu'aucun suisse ne soit candidat...

  • disqus_R2n5YoIML2 - 22/04/2017 - 22:23

    Je suis moins enthousiaste que vous quand ces humains qui ont des défauts ont le pouvoir nucléaire entre leurs mains...

  • disqus_R2n5YoIML2 - 22/04/2017 - 22:20

    Je suis entièrement d'accord pour du sang neuf :) pour les mêmes raisons

  • disqus_R2n5YoIML2 - 22/04/2017 - 22:12

    Juste un petit mot rapide - fut une époque où les professeurs - Capes et Agreg - apprenait la didactique, la neurolinguistique, la pédagogie et la psychologie appliquée - donc la science de l'éducation, de transmettre des savoirs. Vous semblez penser que tous les professeurs sont des idiots manipulés... Tous les professeurs ne restent pas dans le système plutôt fermé de l E:N, certains poursuivent de carrières parallèles, deviennent dirigeants ou travaillent dans le privé,et peuvent donc se faire une bonne idée du monde, croyez-moi. Le bon sens ne suffit pas à enseigner, il faut des techniques et ce n'est pas aussi simple que vous le laissez entendre, et les profs de nos jours ne sont plus formés correctement, mais d'ailleurs le niveau universitaire est tombé tellement bas que cela me semble difficilement faisable. Tout cela parce que des parents ont un jour pensé que les devoirs étaient inutiles, que 27 heures c'était trop dur, trop fatigant. Mais plusieurs générations y ont survécu et leur éducation était bien meilleure que celle des générations d'étudiants présents. Et bien sûr l'éducation devrait être également le rôle de parents, mais quel pourcentage de parents fait cela correctement? Entre ceux qui laissent leurs enfants devant la télé, la playstation, l'ordinateur des heures au lieu de lire ou de faire des activités enrichissantes, d'autres qui en font de petits rois, etc. Je ne suis pas convaincue que l'éducation d'une majorité de parents suffise... Ne serait-ce que les bases de la politesse, même cela.

  • disqus_R2n5YoIML2 - 22/04/2017 - 21:43

    Je suis entièrement d'accord pour réduire le salaire des parlementaires, et surtout contrôler leurs dépenses

  • disqus_R2n5YoIML2 - 22/04/2017 - 21:40

    Oh de toute façon, il a peu de chances de passer n'est-ce pas?

  • disqus_R2n5YoIML2 - 22/04/2017 - 21:39

    Ce n'est pas un choix facile, mais je préfère l'individualité personnellement - trop d'uniformité conduis quelquefois à l'intolérance

  • disqus_R2n5YoIML2 - 22/04/2017 - 21:39

    j'ai vécu en Grande Bretagne, je travaille pour une université Britannique, je suis maître de conf. pour des MBA, et j'ai des amis outre-manche - et vous pensez que je puisse être victime de propagande alors que mon mémoire portait sur les médias aux US, LOL, cela m'amuse beaucoup. Vous êtes sans doute un des abonnés du Daily Mirror.

  • disqus_R2n5YoIML2 - 22/04/2017 - 21:30

    Je vois que je vous ai agacé, je vous donnais seulement mon point de vue. Je m'explique - En ce qui me concerne, la rhétorique ne me dérange pas car j'estime avoir les outils linguistiques pour la décrypter, mais ce n'est pas le cas de tous, et on est en droit de se poser la question du pourcentage de manipulation voulu dans la rhétorique, je suis sûre que vous me comprenez. La notion d'héritier vous énerve, mais on ne peut nier qu'il était le poulain de Hollande. Quant à ce qu'il est maintenant, l'histoire nous le dira. J'espère en effet que s'il est élu, il arrivera à rassembler, car sinon ça va mener à une belle pagaille. Je suis de votre avis, la relance économique semble bien s'affirner, de toute façon, avec notre système législatif, elle n'aurait pas pu survenir avant. Beaucoup de gens ignorent qu'entre le passage de lois, la mise en place de projets, et l'effet visible, il se passe au moins 3 ans - surtout en économie. C'est d'ailleurs pour cela que les américains en général élisent leurs présidents deux fois de suite, car ils semblent plus sensibilisés à ce phénomène que nous. Quant au Brexit, le Royaume-Uni est encore en Europe pour un peu plus d'un an et demi, donc dire qu'ils s'en sortent bien est absurde. Je comprends votre logique de continuer dans la lancée, de ne pas changer diamétralement de stratégie. La mobilité bancaire ne me semble pas nouvelle, il m'est arrivé de changer de banque lorsque je n'étais pas satisfaite des services. J'ai toujours considéré les banques comme des prestataires, et non comme un système dans lequel on est enfermé. Je pense également que la loi Macron était plutôt bonne dans l'ensemble, et en effet, il aurait fallu pousser plus loin. Quant à Hollande, je suis entièrement d'accord, il a fait ce qu'il a pu avec ce qu'il avait et avec de nombreux opposants selon moi. Maintenant, je ne peux m'expliquer, mais quelque chose me dérange chez Macron, c'est plutôt de l'ordre de l'instinct que de la logique - Je me trompe peut-être, mais toujours est-il que je n'arrive pas à lui faire confiance.

  • ilolatcham - 22/04/2017 - 18:56

    Je crois que nous sommes assez d'accord, en réalité, si l'on veut bien remplacer le mot de "morale" par le mot de "règles". Tirer au sort les élus me semblerait plus être un camouflet à la démocratie et à la France qu'autre chose : nous sommes un vieux pays avec une histoire complexe et sommes donc un résultat complexe. Cela demande, pour moi, 1/ de fins connaisseurs de notre vie politique passée et présente, et, 2/ comme nous sommes aussi au XXIe siècle et dans un monde de plus en plus complexe lui-même, cela demande aussi qu'ils soient "experts" dans les domaines dans lesquels ils vont devoir si possible trancher ou faire des propositions : on gagne du temps quand les gens savent de quoi ils parlent ! Et, comme vous, je trouve qu'on manque sinon de morale, du moins de règles un peu "pointues" – et, là, je pointe la grande négligence du personnel politique dans son ensemble. Ainsi, ça fait plusieurs décennies que nos députés savent et constatent qu'un tiers d'entre eux au moins emploient et paient des proches, ce qui ne me choque pas moi-même outre mesure... MAIS cela n'empêche pas qu'on verrouille alors ce genre de pratique et qu'on instaure un contrôle serré, plutôt que de laisser faire 20-30 ans, jusqu'à la veille d'une campagne présidentielle où, tout à coup, on va crier haro sur UN de ces politiques, ce qui fait plus que confiner à la pure manipulation cousue de fil blanc, sous couvert de "morale" ! Je suis pour ma part assez abasourdie qu'une telle manipulation non seulement puisse se faire, mais qu'elle remporte les suffrages d'une foule de gens qui voient ici un triomphe de la morale, quand j'y vois, moi, le triomphe d'une hypocrisie qui n'a fait que berner le peuple en confisquant sous son nez, en réalité, tout fonctionnement démocratique à cette prétendue "campagne" – qui n'a été qu'une campagne dirigée de main de maître par les médias visiblement pas toujours "indépendants". CELA est, à mes yeux, largement plus grave pour notre démocratie que l'immoralité à 3 francs six sous d'un couple Fillon qui n'a fait que... faire ce qu'il considérait comme "normal" au vu de ce que faisaient beaucoup d'autres qu'eux. Certes, il faut corriger ça, mais, surtout, il y a belle lurette que nos députés auraient dû y mettre le holà. Ils ne l'ont pas fait en temps utile : la perversion de la "morale" a fait que, du coup, un candidat majeur pour cette élection, qui a pu se présenter (donc : légitime !) et qui a été élu par une majorité massive lors d'une élection primaire, a vu ensuite son parcours entravé au bénéfice de ses adversaires politiques : quelle magnifique pièce de théâtre ! Mais quel déni de démocratie et, somme toute, de "morale" face aux électeurs ! Pour le reste, oui, je souhaite des élus qui siègent au poste pour lequel ils ont été élus et qui "font le job". Je suis, du reste, pour que chacun "fasse le job" prévu : obligation de voter à toutes les élections citoyennes. Et je trouve scandaleux de ne voir qu'une poignée de députés siéger lors de discussions à l'Assemblée sur des sujets d'importance (par exemple, je me souviens du vote sur le mariage pour tous : c'était ahurissant, le nombre de sièges vides, quand la rue grondait !) Cela dit : je crois qu'il ne faut compter QUE sur l'envie de chacun de faire de la politique et ne pas trop exiger non plus, sous peine qu'il y ait trop peu de volontaires... Surtout : trop peu de volontaires "compétents". Comme partout ailleurs, les compétents risquent d'être plus demandés ailleurs que les incompétents... Certains, qui quittent un job bien rémunéré dans le privé, sont évidemment plus difficiles à convaincre que d'autres, qui ont moins à perdre à s'engager. Une idée "tordue" pour les tenants de l'égalité à tout crin pourrait être une "indemnité de remplacement" – à hauteur de ce que la personne gagnait avant de s'engager... ou proportionnelle... Sachant qu'elle va "gagner" aussi autre chose : le pied à l'étrier vers le pouvoir, la notoriété peut-être, un carnet d'adresses, un réseau, une retraite supplémentaire, etc. En revanche, j'ai beau faire partie des générations de féministes patentées, j'ai plus de mal avec la parité imposée, quoique... elle ait aussi ses raisons d'être. Ma propre expérience de vie me fait, cela dit, largement privilégier le parcours "naturel" qui permettrait aux femmes d'arriver en haut, car nombre de femmes n'ont pas intégré la notion de "combat" ni qu'il faille parfois "prendre" la place qu'on ne vous "fait" pas... Et, avec l'âge, je trouve de plus en plus importante, en réalité, cette notion-là, qui exclut peut-être la jolie "morale" au bénéfice du principe de réalité. Une Simone Veil, une Badinter, une Taubira n'attendent pas qu'on leur fasse leur place, elles la prennent ! Mais j'ai vécu aussi le plafond de verre en entreprise, donc... je comprends que certaines en appellent à la parité imposée. Même si, ayant pu découvrir notre société avant et après 68, je peux me dire que le chemin parcouru est déjà considérable ! Et que le temps de l'histoire est souvent long... Je dirais passablement la même chose concernant l'âge : comme pour les femmes, je suis d'avis qu'il ne faut pas mâcher le boulot aux jeunes, qui doivent faire leurs armes... et emmagasiner non seulement les "techniques de combat" dont ils auront besoin ensuite, mais, aussi, plus simplement, de l'expérience "de vie", bien plus que toute autre chose, à mon avis. Et là me reviennent des propos entendus un jour de Mona Ozouf, interviewée à propos d'un livre qu'elle venait d'écrire constituant plus ou moins ses Mémoires. Elle disait en substance : "Nos lectures d'adolescence nous permettaient de découvrir la vraie vie pour de faux" – et c'est, pour moi, capital. Je ne demande pas à Macron de nous dire s'il a eu une vie de baroudeur à Médecins du monde ni de nous réciter la Comédie humaine d'un bout à l'autre, mais tout de même : en passant de l'ENA à la banque, puis à l'Elysée et au ministère de l'Economie, de quelles facettes du monde a-t-il fait réellement l'expérience, que connaît-il aux "vrais gens", quelle connaissance de la "vraie vie" a-t-il tirée de ses lectures ? Je trouve par exemple assez surprenant qu'il ne soit jamais "attaqué", très élégamment, du reste, sur l'absence de paternité, qui représente tout de même une méga-expérience humaine, d'une part, et sur son couple qui est loin de représenter un couple "normal", de l'autre... Bref, est-il un jeune surdoué fait "d'idées", ou est-il fait de bleus et de bosses, dont on apprend beaucoup ? En tout cas, je ne voterai pas pour lui pour deux raisons majeures que j'ai déjà exposées dans cette discussion : 1/ Il ne sera pas de taille à freiner l'islamisme et se fera bouffer, à mon avis, par plus malin que lui sur ce terrain-là : Chevènement s'y est essayé et a échoué, en se faisant rouler dans la farine... Probablement trop ligoté par son camp politique. Il en ira de même pour Macron, qui, lui, je pense, cédera le terrain sans même combattre, car il se montre bien moins critique et perspicace que Chevènement. OR, sur ce terrain-là, la France a pris un retard considérable, que fustigent, du reste, nombre d'intellectuels musulmans de par le monde, qui se demandent bien pourquoi la France a déjà tant cédé aux mouvances islamistes ! L'affligeant clientélisme du PS, autant que son aveuglement idéologique, ici, a fait des ravages et continuera d'en faire avec Macron... 2/ Il n'a pas pris la mesure de la catastrophe scolaire en cours et est, sur ce point-là comme sur l'islamisme, à mon avis, "sous influence" des idées de son camp "d'origine", la gauche PS... qui continuait de susurrer jusqu'à ces derniers mois que "l'école va mieux", sous la houlette d'une des pires idéologues que j'aie vues passer sous les ors de la République : Vallaud-Belkacem. Macron veut "améliorer" les choses, en "améliorant" les élèves qui, actuellement, ne parviennent pas à apprendre et à progresser. Erreur fatale : le budget de l'EN a déjà explosé avec Belkacem et la catastrophe suit son cours, on a beau imaginer toutes les baisses d'exigence qu'on veut, poser tous les cautères qu'on veut sur la jambe de bois, imaginer tous les "suivis" et "soutiens" qui ne font que stigmatiser ces pauvres élèves. Ce ne sont pas les élèves qu'il faut adapter à cette école, c'est l'inverse : il faut refonder de fond en comble notre école, pour qu'elle redevienne une école "pour tous" et pas seulement pour une petite élite qui, aujourd'hui, y prospère, au détriment d'un nombre d'élèves "médiocres" toujours plus grand et, surtout, toujours plus d'élèves "incapables d'apprendre" et donc très faibles – dont le nombre explose et qui vont constituer demain des bataillons de nouveaux exclus, quasi illettrés et n'ayant jamais rien pu apprendre en 9 ans de scolarité ! 9 ans de souffrance, donc... Avant de constituer aussi les troupes fraîches pour les nouvelles sectes ou pour Daech... Ça fait bien 20-30 ans qu'ils "ont la haine" et nous le clament, encore faudrait-il un jour se demander pourquoi !!! Cette école actuelle les détruit plus qu'elle ne les aide à se construire – et ça fait, pour ma part, une douzaine d'années que j'assiste impuissante à la destruction... et que je dis que ces élèves-là NE PEUVENT PAS se constituer la moindre identité culturelle tant qu'on continue de les enseigner comme on le fait actuellement. La séduction qu'ils trouvent à Daech ne fait que me le confirmer... : l'école ne leur donne pas accès à notre culture, et n'a, dans ses pratiques, pas réellement abandonné le précepte de Philippe Meirieu prétendant naguère, en substance et honteusement, que "les enfants des classes modestes n'ont pas besoin de lire les grands auteurs, ils peuvent apprendre à lire dans les modes d'emploi"... DONC ils finissent par détester cette culture qui leur reste inaccessible... Alors que, dans le monde entier, ceux qui y ont accès, à cette culture française, ont plutôt tendance à la trouver belle et, même, souvent, à en tomber quasi amoureux ! Il y a, chez ceux qui choisissent Daech, du dépit amoureux, de l'amertume... et beaucoup de mépris pour notre pays, qui leur laisse tant espérer, puis... les refoule et les renvoie à leur "droit à la différence"... lequel leur ferme les portes de notre société : les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Et il est bien plus facile de vivre dans deux cultures quand on en possède au moins une de manière affirmée, grâce aux études et/ou à un environnement familial propice, que quand on est démuni de tout outil intellectuel et qu'on ne dispose que de bribes d'une culture familiale ancrée dans un passé nostalgique et de bribes d'une culture française qu'on ne parvient pas à endosser, faute que l'école vous y donne réellement accès. C'est LA raison principale qui me fera voter Fillon, que je n'adore pas, mais il est le seul à vouloir refaire une école de l'exigence qui soit accessible au plus grand nombre en en changeant et les contenus enseignés et les méthodes, une école qui rende FIER d'y progresser et qui INTÈGRE autant à Aubervilliers qu'à Neuilly... Comme vous, je préférais Sarkozy, pour sa flamboyance et son énergie, je dirais même pour sa "sincérité" que beaucoup lui dénient, même si... il avait bien des défauts. Cela dit... si l'énergie et la valeur n'attendent pas le nombre des années, il ne me semble pas qu'un Baroin fasse preuve de plus de "feu" qu'un Sarkozy ! Ni qu'un Mélenchon, sur ce plan-là, ait quoi que ce soit à envier à un Macron. Je crois que, s'il faut mettre des règles pointues et rigoureuses de fonctionnement dans les INSTANCES politiques, il faut se garder de légiférer sur tout, et notamment... sur les personnes elles-mêmes, sous peine de ne plus laisser de place au talent. Comme partout dans la société, il y a, en politique, des "passages obligés", et il y a et aura toujours ceux qui sauront brûler les étapes, et ceux qui attendront leur tour en tâcherons de la politique, tel Fillon... Et je pense que la vie politique a besoin des deux, encore largement plus que dans la vie professionnelle : en entreprise, la "compétence" acquise selon un cursus normalisé fait foi, mais, en politique, il n'y a pas de diplômes ni de cursus normalisé, nous n'avons pour "juger" que ce que nous voyons se révéler de la personne au fil de son parcours politique ! Et "nous", ce sont... les électeurs, qui ont besoin de temps pour jauger et juger. Mieux que la loi qui impose, non ? Limiter le nombre de mandatures et de mandats me paraît, ici, plus souhaitable que de vouloir imposer une parité jeunes-vieux !

  • john_evert - 22/04/2017 - 16:48

    C'est simple. L'objectif de JLM c'est le communisme, l'ideologie le plus inhumain et meurtrier du 20me siecle. Son gout de l'etat totalitaire explique pourquoi il aime autant le Venezuela et pourquoi il s'est deja engage de tester dans le EU. L'alternatif est la democratie style Suisse. Moins de pouvoir pour les politiciens. Brexit et DJT sont des coups durs pour le systeme, mais une victoire de MLP menera au Dissolution de l'agenda des 'Sovietiques'.

Jeudi 20 Avril 20h00
Magazine Durée : 3h40min Tous publics / 16:9 / mono

Nous suivre

Publicité