France2.fr

En quelques chiffres

En quelques chiffres

 

> Les Bolcheviks, une force qu’il faut comparer avec les autres organisations révolutionnaires en 1917 :

- Les socialistes révolutionnaires (SR) : 800 000 membres

- Les mencheviks : 200 000 membres

- Cadets (KD) : 100 000 membres

La Terreur rouge 1918-1923

Automne 1918 : 15 000 exécutions sommaires.

Le 6 mars 1919 : 900 ouvriers grévistes de l’usine Poutilov de Petrograd sont arrêtés. 200 d’entre eux sont exécutés.

1920-1923 : dans 84 camps 25 000 prisonniers.

Elle est orchestrée par l’Armée rouge et la police politique la Tcheka dont les effectifs croissent sensiblement.

> Nombre de tchékistes :

- Fin 1918 : 40 000 hommes

- Début 1921 : 280 000 hommes

La famine de 1921-1922 pendant la Guerre civile

(régions concernées principalement : région de la Volga, Est de l’Ukraine, Nord du Caucase) :

- 30 millions d’affamés

- 5 millions de morts

Dékoulakisation : répression menée dans les campagnes entre 1929 et 1933 

1930-1931 : 380 000 familles « koulaks » (paysans jugés riches), soit 1 800 000 personnes sont déportées en Sibérie, dans l’Oural ou au Kazakhstan. La mortalité de ces « déplacés spéciaux » s’élève à 10%/ an.

30 000 « koulaks » sont fusillés.

La famine de 1932-1933 dont le pic se situe entre février et juillet 1933 

6 millions de morts (Ukraine, Caucase du Nord et Kazakhstan).

Déportations nationales entre 1935 et 1937

(concernent les populations frontalières) :

- 1935-1936 : sont déportés 23 000 familles d’origine polonaise ou allemande et 30 000 citoyens d’origine finlandaise.

- 1937 : l’ensemble de la population d’origine coréenne de la région frontalière de Vladivostok soit 172 000 personnes.

La Grande Terreur :

> Purges dans le Parti : sur 139 membres du Comité central élus lors du XVIIe Congrès (1934), 98 ont été arrêtés et fusillés.

> Purges dans l’Armée rouge :

 - 4 des 5 maréchaux soviétiques sont exécutés.

- Sur les 85 membres du Conseil militaire du Commissariat du peuple à la Défense, 68 ont été exécutés, 4 se suicident ou meurent en prison.

 - En tout 35 000 militaires sont purgés.

> La Iejovschina, la Terreur orchestrée par Iejov, chef du NKVD (juillet 1937- novembre 1938) :

- « L’opération Koulak » contre les « ennemis socialement nuisibles » n° 00447 : 700 000 victimes (387 000 personnes fusillées et 380 000 personnes déportées).

- Les opérations nationales menées contre des minorités ethniques : 335 000 personnes arrêtées dont 73,6% sont exécutées.

 - En tout : le NKVD procède à l’arrestation de 1 500 000 personnes parmi lesquelles 680 000 sont condamnées à mort.

Seconde Guerre mondiale (1941-1945) 

> Au total entre 26 et 28 millions de morts, soit 15% de la population soviétique :

 - Pertes militaires : 10 millions.

- Pertes civiles directes : 11 millions.

- Pertes civiles indirectes (surmortalité) : 5 millions.

> Prisonniers de guerre au cours des premiers mois de la guerre (1941) :

3 500 000 prisonniers soviétiques sont capturés par les Allemands, parmi lesquels 2 millions meurent ou sont exécutés (60%).

> Le blocus de Leningrad (8 septembre 1941-27 janvier 1944) 900 jours de siège :

 - 650 000 personnes meurent de faim ou de froid.

- 30 000 personnes meurent sous les bombardements.

> Total des destructions :

- 32 000 entreprises détruites.

- 65 000 km de voies ferrées détruites.

- 100 000 kolkhozes et sovkhozes détruits.

- 1 710 000 villes détruites.

- 70 000 villages brûlés.

- 25 millions de personnes sans toit.

Publicité

Crédits