France2.fr

Note d'intention

Emission du

Note d'intention

La deuxième partie du vingtième siècle aura été marquée par le meilleur et le pire du progrès. Les nouvelles technologies ont apporté avec elles leur lot de peurs et de scandales sanitaires. L’agroalimentaire est un exemple frappant.

L’alimentation est davantage devenu l’affaire de laboratoires de recherches, des instituts de marketing que des spécialistes culinaires. Voir des gros groupes multinationaux s’allier avec des laboratoires pharmaceutiques n’est plus une exception. Paradoxalement se nourrir n’a jamais été aussi dangereux qu’aujourd’hui. La mauvaise nutrition est devenue aussi meurtrière que la malnutrition dans les pays émergents alors que l’accès à une alimentation saine est un droit fondamental. De la profusion alimentaire est née une crise sanitaire dont nous avons pleinement pris conscience.

Les rares chercheurs indépendants qui se risquent à dénoncer les effets néfastes de l’alimentation industrielle sont peu écoutés. Et pour cause, les multinationales qui inondent le marché de produits transformés sont les mêmes qui prônent le « bon sens alimentaire ». Des industriels très organisés, présents à tous les niveaux de décision, travaillant main dans la main avec les scientifiques comme avec les politiques que leurs puissants lobbies influencent. Résultat, ils sont aux premières loges lorsqu’il s’agit de lancer des campagnes officielles sur la nutrition et la santé. Ils gèrent comme ils l’entendent ce qui se passe dans notre assiette,… mais pour combien de temps encore !

Deux ans d’enquête ont été nécessaires pour réaliser ce film. Tous les industriels ont été contactés. Aucun n’a accepté de nous rencontrer. Qu’ont-ils à nous cacher, à nous qui leur renouvelons notre confiance au quotidien en consommant leurs produits?

Depuis des décennies, les gouvernements ont mis l’accent sur la responsabilité du consommateur qui doit être capable de savoir par lui-même ce qui est bon pour lui. Résultat, jamais système alimentaire et les causes structurelles des épidémies liés à la mauvaise nutrition n’ont été remis en question. Aujourd’hui, les avancées scientifiques sur l’addiction alimentaire prouvent que la dépendance aux produits transformés est bien réelle. Les industries agro-alimentaires qui nous promettent « nutrition et santé » sont-elles prêtes à prendre leurs responsabilités ?

Sylvie Deleule et Rémy Burkel

Publicité