France2.fr

A Chartres, les libraires aiment…

Emission du
thevenot.png
Librairies

A Chartres, les libraires aiment…

Présenté par Damien Thévenot

Voici la sélection de la semaine de notre libraire, Olivier L’Hostis  
 

Librairie l'EsperluèteLibrairie l'Esperluète
Olivier l'Hostis
10, rue Noël Ballay
28000 Chartres
Téléphone : 02 37 21 98 02
https://www.esperluete.fr/

 

 

Le coeur du problème"Le cœur du problème",
de Christian Oster,
Editions de l’Olivier.

 

 

 

 

 

L'homme qui fuyait le Nobel"L'homme qui fuyait le Nobel",
de Patrick Tudoret,
Editions Grasset.

 

 

 

 

 

Revive l'Empereur"Re-vive l'Empereur",
de Romain Puertolas,
Editions Le Dilettante.

 

Adresses utiles

Livres

  • Christian Oster - Le cœur du problème

    Le cœur du problème

    Christian Oster

    Ed. de l’Olivier (2015)

    192 p. - 17 €

    En rentrant chez lui, Simon découvre un homme mort au milieu du salon. Diane, sa femme, qui, selon toute vraisemblance, a poussé l’homme par-dessus la balustrade, lui annonce qu’elle s’en va.

    Elle ne donnera plus de nouvelles. Simon, resté seul avec le corps, va devoir prendre les décisions qui s’imposent. C’est lors de sa visite à la gendarmerie que Simon rencontre Henri, un gendarme à la retraite amateur de tennis. Une relation amicale se noue. Mais Simon est sur la réserve ; chaque mot, chaque geste risque d’être sévèrement interprété. S’engage alors entre les deux hommes une surprenante partie d’échecs.

  • L'homme qui fuyait le Nobel

    L'homme qui fuyait le Nobel

    Patrick Tudoret

    Ed. Grasset (2015)

    240 pages - 18 €

    Tristan Talberg, écrivain reconnu, se voit décerner le prix Nobel. Mais… il n’en veut pas. Misanthrope, en deuil d’une épouse aimée, il est pris de panique devant le vacarme médiatique provoqué par le prix et décide de s’enfuir de Paris. Réfugié chez des amis, traqué par la police qui pense à un enlèvement et par une meute de journalistes en quête d’un scoop, il doit encore fuir vers des horizons dont il ignore tout. Sur la route de Compostelle, il retrouvera le goût de vivre.
    Bouleversant et drôle à la fois, c’est le roman d’un amour fou où s’entrecroisent récit et lettres à une femme aimée. 

  • Re-vive l'Empereur

    Re-vive l'Empereur !

    Romain Puértolas

    Ed. Le Dilettante (2015)

    352 pages - 22 €

    Le voilà ! Il est là, à nouveau, de retour ! Mais qui ? Mais lui, l’Empereur, l’empereurissime Napoléon, premier du nom, le seul, l’unique. Après nous avoir conté les déambulantes et transnationales aventures d’un fakir emboîté dans une armoire Ikea et d’une factrice toutes ailes dehors ravagée par le don de soi et l’envie maternante, Romain Puértolas taille plus large et fond sur l’Aigle lui-même, le diable corse, l’as de coeur des batailles. Certes, il affiche moins beau qu’à la grande époque : on les repêche, lui et son cheval Le Vizir, flottant au large de l’Islande. Bien complet de son bicorne et de sa redingote, mais défaillant du pénis, ses valseuses impériales lui ayant été prélevées par un fan indélicat à l’heure de son trépas. Pris en charge par le chirurgien Bartoli, un cacique de la CGT (Confrérie des grognards tristes), après une légère remise en selle chronologique dans un monde où les femmes portent le pantalon et où Daesh mène une danse fatale, l’Empereur retrouve son élan et ses réflexes : à nous deux la société civile. Langue prise avec les puissances élyséennes interloquées, son sac à dos bourré de Coca Light, Napoléon arpente Paris, ayant rallié des danseuses de cancan, installe ses quartiers dans un hôtel Formule 1 et finance sa nouvelle campagne de France en cédant son précieux bitos sur eBay. Fort d’une Ferrari et d’un jet, il décide d’enquêter sur une éventuelle descendance. Déception apparente : un simplet et une fille des rues. D’autant que son come-back tourne à l’aigre : on le prend pour l’un de ceux qui se prennent pour lui. D’où internement à l’asile de Sainte-Verge dont il s’extraie pour reprendre la lutte contre le péril islamiste, ayant découvert que l’imam de Paris est son plus authentique descendant. Tout s’achève par une pyrotechnie de cocasseries apocalyptiques.

Publicité